Fabrique à Rêves Index du Forum Fabrique à Rêves
Là où les mots ont un sens...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La section Brouillard

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fabrique à Rêves Index du Forum -> Ecrits -> Romans
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eran
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2011
Messages: 58
Localisation: Sur un nuage

MessagePosté le: Lun 22 Aoû - 22:17 (2011)    Sujet du message: La section Brouillard Répondre en citant

La Section
« Brouillard»




















Tome I
Implication




























































Livre I
Vérité
























































Prologue:
Mon nom est
X.230










Mon nom est X.230. Du moins c'est mon nom d'expérience. Je suis un «Brouillard». Depuis ma tendre enfance, qui n'est pas si tendre que ça en fait, on m'apprend à tuer le plus rapidement et efficacement possible. Depuis que j'ai sept ans on me montre sans cesse des images de mort, de sang et de violence. On m'a enlevé toute idée de sentiments, de joie et de liberté. Mes frères d'armes et moi-même ne sommes que des... outils, des monstres. Des Brouillards. Nous sommes une troupe d'élites spécifiée dans le camouflage, l'infiltration et l'assassinat. Et nous sommes avant tout des cobayes.
Des humains prédestinés à être étudiés à cause de leurs taux d'activité psychique hors norme. Beaucoup d'entre nous possèdent le pouvoir de lévitation ou d'invisibilité après maintes expériences. Nos pouvoirs sont-ils apparus suites aux erreurs des chercheurs ou étaient-ils voulus ?


Sûrement que cette section n'aurait jamais existé si la troisième Grande Guerre n'avait éclatée. Elle fut gagnée après cinq ans de misère et de meurtres. Et allez savoir pourquoi, cette section ne fut pas dissoute... Elle servait désormais de forces d'intervention spéciale et dans les assassinats politique.
Plusieurs savants m'avaient dit que mon cas était exceptionnel, et qu'un jour je me mettrais à penser au système de cette section et de la cause de son existence. Ce moment était-il venu? Peu m'importait de tout manière. Je ne ressentais rien. Mon seul plaisir dans la vie était d'exécuter mon métier pour mon compte personnel contre de l'argent. Tueur à gage parfait. Voilà ce que j'étais devenu. Voilà à quoi j'étais prédestiné. Je ne me rappelais pas d'avoir connu une seule nuit paisible depuis ma première expérience. Toutes les nuits, des bribes d'images me revenaient, telles des messages me faisant comprendre que je devais à tous prix ne pas laisser continuer ces bouchers.

Je m'assis sur le côté de ma chambre. Je soupirai.
Tout le côté droit de mon visage n'était que machine, suite à une séance de boucherie qui s'était mal finie. Mon œil avait était remplacé par une lunette vert fluo, dont je contrôlais par force psychique la vision infra-rouge et le zoom intégrés.
Heureusement pour moi, mon nez avait été entièrement épargné, ce qui ne fut pas le cas de ma bouche et de mon menton. Un peu de ma gencive, une dent, mes muscles, mes tendons ainsi que mes os, tout cela n'était plus que métal robotisé relié à mon cerveau. Ma calotte crânienne n'avait pas été touchée, mes cheveux bruns pouvaient donc continuer à pousser paisiblement.
Mon dos était recouvert de cicatrices. La peau de mon corps était anormalement blanche. Ces deux points là n'étaient qu'une misérable banalité chez les Brouillards. Et même pour les accidents faciales, on en retrouvait souvent parmi nos rangs.
Si, j'avais oublié un détail: l'index, le majeur et l'annulaire de ma main droite étaient aussi robotisés. Mon majeur pouvait à tout moment ce transformer en griffe.
Et enfin pour finir, sur l'avant-bras gauche, on m'avait laissé un tatouage: X.230 Ça devait être à ce moment que l'on me donna ce nom. On ne savait rien de nous même. Nous ne savions pas dans quel pays nous nous trouvions, ni même comment nous nous appelions, et encore moins nos parents biologiques.
Autant dire que mon état physique, ainsi que moral, n'étaient pas très humain. Je me levais de mon lit, mis ma tenue de congé (tenue qui possédait tout de même deux armes) et sortis de ma chambre.
J'étais situé au rez de chaussée par rapport aux quatre étages (celui-ci compris) qui composaient notre quartier général. Le premier comportait les chambres, les réfectoires, les bureaux des supérieurs et l'armurerie. Chaque étage, qui mesurait un peu près un kilomètre carré, était organisé en quart. Le second était prévu aux entraînements: tir, combat rapproché, infiltration et camouflage.
Le troisième étage, personne n'était autorisé à y pénétrer... Il parait que des recherches sur des armes atomiques et biochimiques s'y déroulent, mais ce ne sont là que des rumeurs.
Enfin, le dernier... J'essaie au maximum de l'oublier. Le premier quart servait d'infirmerie, et le deuxième, de chambre de convalescence. Les deux derniers étaient utilisés pour les... expériences. Tous les couloirs, quelques soient les étages, étaient blancs neige, tout comme notre peau. Une vraie petite ville.
Je me dirigeai vers le hall d'entrée, où une trentaine de nouveaux venaient d'arriver. Je compatissais d'avance aux souffrances qu'ils allaient subir. Quinze ans, c'était l'âge auquel nous arrivions tous dans cet enfer. Ce n'est que cette date que nous nous rappelions. C'est grâce à celle-ci que je pus faire une approximation de mon âge: vingt ans.
Je me dirigeai vers eux quand une femme se plaça devant moi. Elle mit les poings sur les hanches et me regarda, furieuse. Je reconnus aussitôt Marguerite, une des seules qui possédait un nom humain, c'est elle qui prenait en charge les « bleus » et se chargeait de leur apprendre les règles de vie dans le complexe. Elle était grande et ses courts cheveux bruns lui donnaient un air de garçon. Elle me toisa d'un regard noir et me dit:


« -Que fais-tu ici? Tu sais très bien que personne ne doit voir les nouveaux avant que leurs instructions ainsi que leurs chambres ne leur soient affectés!
-Et j'aimerais savoir pourquoi.
-On ne doit pas se poser de questions On est fait pour exécuter les ordres, c'est tout.
-Pourquoi?! Ne doit-on surtout pas dire qu'ils vont bientôt subir une opération qui ressemble plus à une boucherie qu'à autre chose?! »


Tout en parlant; j'avais monté la voix afin que tous les nouveaux m'entendent, ce qui réussit à merveille: toutes les têtes se tournèrent vers moi, certains arboraient déjà des mines inquiètes, bien qu'ils ne connaissaient pas la peur.
Marguerite me poussa l'épaule du plat de la main.


-Mais, qu'est ce que tu as dans la tête? Tu sais très bien que l'on ne peut pas démissionner de ce boulot. Ceux qui gênent, on les tue!
-Et bien, on a qu'à me tuer! Je ne supporterai pas que des jeunes gens subissent les même atrocité que moi j'ai connue! Tu...
-X.230! Dans le bureau numéro trois! Immédiatement! cria un coursier.
-Je t'avais prévenu. Me dit Marguerite en s'éloignant.


Je soupirai et entrepris d'exécuter mon ordre. Le bureau numéro trois. C'était un des bureaux où l'on distribuait des missions. La dernière que j'avais effectué, et réussi, évidemment, avait été un meurtre d'un chef terroriste. Bon, c'est sûr que dit comme ça, le peu de conscience humaine qui me restait avait disparu. Je traversai plusieurs couloirs et frappai à la porte du bureau numéro trois. Une voix rauque m'ordonna d'entrer. Je refermais la porte derrière moi et présentai mon numéro d'immatriculation. Il me tendit une pochette que je pris.
Aucune des missions n'étaient divulguées à haute voix. Tout était dans des pochettes comme celle que l'on venait de me remettre. Je sortis du bureau.


*


Son supérieur resta quelques instants silencieux, pensif. Il prit un cigare, fuma une bouffée. Puis il soupira. Il dit juste avant de passer à une autre affaire:


-Finalement, ils ont voulu s'en séparer. C'est dommage...
~~~~~~~~~~~~
C'est en se taisant que l'on devient sourd...


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 22 Aoû - 22:17 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fabrique à Rêves Index du Forum -> Ecrits -> Romans Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.